Projet manga
Bonjour à toi voyageur, bienvenue sur Projet Manga. Avant toute activité sur le forum assure toi de te présenter aux autres membres! Si tu cherches un dessinateur pour un projet tu pourras, après t'être présenté, poster dans la catégorie "travaux". Présentes ton projet avec le plus de précision possible!
Si tu es un dessinateur viens participer aux défis et aux duels dans l'arène et créé une galerie pour nous montrer tes réalisations!
La communauté pourra dans tous les cas te donner des conseils afin d'améliorer t'es techniques et finalement parvenir à créer tes propres BD.

Projet manga

Forum d'aide à l'élaboration de bandes dessinées
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Accès au site  

Partagez | 
 

 House MD - Saison 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Monteskieu
Néophyte
Néophyte
avatar

Masculin
Nombre de messages : 739
Age : 22
Date d'inscription : 20/10/2012

Fiche PM
Dessinateur:
0/0  (0/0)
Scénariste:
0/0  (0/0)
Duels gagnés : ERROR

MessageSujet: House MD - Saison 1   Jeu 3 Sep 2015 - 23:23

House MD
Critique de la saison 1

Diffusé sur la Fox, en 2004




Le docteur Gregory House, brillant médecin misanthrope et peu conventionnel, dirige une équipe de « diagnosticiens » (internistes en français) au sein de l'hôpital fictif de Princeton-Plainsboro dans le New Jersey. House se montre souvent arrogant, cynique, anticonformiste et asocial. Il boîte en raison d'une douleur chronique à la jambe droite due à un infarctus du muscle de la cuisse. Il utilise une canne et abuse de Vicodin, analgésique opiacé à base de paracétamol et d'hydrocodone, pour soulager sa douleur.

Avec son équipe, composée des docteurs Allison Cameron, Robert Chase et Eric Foreman, il est chargé d'éclaircir des mystères médicaux, lorsque d'autres médecins n'ont pu trouver la cause ou le traitement des symptômes que les patients présentent.  Souvent en conflit avec sa directrice, administratrice de l'hôpital et doyenne de la faculté, le Dr Lisa Cuddy, il compte sur le soutien fluctuant de son meilleur et unique ami, le Dr James Wilson.



Introduction :

Une série qui a fait couler beaucoup d'encre, surtout dans les réseau sociaux, et ce pour une cause, son personnage principal Gregory House. Ce personnage popularisant quelque peu les héros antipathiques fut pour l'époque une révolution. Sa personnalité à la fois intelligente mais aussi celle d'un borderline toxicoman a donné naissance à l'une des série les plus populaires de son temps, mais ce personnage a t-il fait seul le succès de la série ?

Si créer un personnage original était le seul atout d'une série, alors il paraitrait étonnant que de son temps cette série fut à la tête des audiences seulement pour ce motif. La série docteur House ne parle pas seulement de House (même s'il elle en parle beaucoup), mais traite comme tout network de sujet de société varié tel que la religion, la culture, mais aussi, ce qui vaut la célèbre réplique « everybody lies » de la série, le mensonge.

Pourquoi ment-on et est-ce mal de mentir ? Mais encore une fois, docteur House ce n'est pas que ça. C'est aussi une belle réalisation, de belles interprétations d'acteurs, et enfin, c'est aussi des moments d'humour à la fois acide et intelligent à l'efficacité redoutable.

Les 3 premières saisons de House MD sont pour moi les plus intéressantes, elles savaient rester malgré les apparences plutôt sobre et cohérentes, sans trop d'exagérations surréalistes. Cela arrive pourtant à partir de la 4ème saisons, ou le personnages de House exagère ces traits de caractères jusqu'à devenir dans les dernières saisons, qu'un simple archétype limite sans réel profondeur malgré le fait que justement on essayait dans ces dernières saisons de le lui en donner.

Il n'est pas question dans cette critique de parler de ces dernières saisons, et bien que je m'attarderais peut-être plus tard sur les saisons 2 et 3, revenons d'abord aux origines de la séries. La saison 1 se suffit à elle même pour savoir ce qu'est une série réussit, et bien qu'elle ne soit pas sans défaut, elle a suffisamment de qualité pour que j'en fasse l'éloge dans cette longue critique.

Sans plus tarder passons à la chair.

Gregory House, un remède peu commun :

Le personnage de House se distingue de la plupart des série d'abord par son héros. Même si le thème de l'anti héros est facile à imaginer, la manière dont House est traité dans cette saison en tant qu'anti héros est plus subtile qu'il n'y paraît.

Un médecin qui « n'en a rien à foutre de ses patients » est-il toujours un médecin ? Peut-on enlever la compassion de la pratique de la médecine ? Bien que dans la réalité, cette question ne se pose pas , la problématique que pose cet aspect de la personnalité du médecin est intéressante. Pourquoi ? Car éprouver des sentiments pour ses patients amène effectivement à des complications que House met en évidence : la compassion fait perdre l'objectivité et peut ainsi nuire au médecin lui même, tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel. Comme la série le souligne dans l'avant dernier épisode de la série Cours magistral (Tree stories), un étudiant en médecine veut la plupart du temps aider les gens et les soigner, mais forcément un jour, il sera amené à tuer un patient, et dans ce cas s'attacher à lui deviendrait un fardeau.

Je peux me permettre de me prononcer la dessus ayant moi même un père médecin (réanimateur). Dans la vrai vie, si on peut nuancer, un médecin doit compatir à ses patient, mais effectivement, il ne doit pas « trop » s'impliquer, sinon oui, il deviendra un plutôt mauvais médecin. Evidemment, ne pas compatir du tout à ses patients comme le fait House revient aussi à être un mauvais médecin, mais aller dans ce côté de l'extrême plutôt que de l'autre paraît plus intéressant, c'est pour ça que je ne fais pas beaucoup attention à ce détail par rapport à la réalité, et puis une série américaine doit toujours aller de l'extrême, à la différence qu'ici c'est bien fait.

Autre fait intéressant sur House : sa toxicomanie. Ironiquement, le médecin est un malade chronique lui même, souffrant de douleurs à la jambe dû à un caillot. Pour compenser cette douleur, House prend de la Vicodine, et en est devenue accro. La toxicomanie de House est omniprésente dans la saison 1, sans pour autant être trop accentué ou approfondie. Le point culminant est dans l'épisode A bout de nerfs (Detox), ou pour gagner un pari, House se passe de la Vicodine durant 1 semaine. Il y apprend 2 choses : un, il est accro, deux, pour lui ça n'est pas un problème. Notons que Hugh Laurie joue à merveille le drogué en désintoxication dans cet épisode.


Que House ne veut pas reconnaître qu'il a un problème n'est pas forcément un tort car comme il le souligne, la Vicodine lui permet de bien faire son boulot. C'est une question intéressante car pour les boulot stressants, ou l'échec amènerait à de grave conclusion, la drogue est-il si mal ? Evidemment, le haut placé comme la Vicodine est le cas extrême, mais pour la petite drogue comme la cigarette, qui permet de destresser, on peut se poser la question de combien de gens ferait encore bien leur boulot si il n'avait plus accès à cette petite fumette.

Pour finir sur le personnage de House, un grand point fort de ce dernier est son sens de la répartie et de l'humour. Maniant à perfection le second degré, l'ironie, la métaphore, et ayant une culture populaire assez riches, House peut balancer des pics à la fois drôle et acide suivit toujours quand même d'une certaine profondeur. Qu'ils soit pour blaguer ou pour des termes plus graves, House peut-être éloquent dans ses discours. Par exemple, en bon athée qu'il est, citons :

« Oh, vous pouvez croire en tout ce que vous voulez, les esprits, la vie après la mort, le Paradis et l'Enfer, mais pour les choses de ce monde, ne soyez pas idiote. Parce que vous pouvez toujours me dire que vous vous en remettez à Dieu pour vous sortir de là, mais quand il s'agit de traverser la route je sais que vous regardez des deux côtés. »

L'athéisme de House est d'ailleurs un point récurrent dans la série, je vais pas trop m'attarder dessus pour cette fois-ci.

Dr House en 22 épisodes, une structure qui tient :

Je l'ai déjà dit au début, mais les 22 premier épisode de House MD se suffisent à eux même. Les saisons suivantes permettront de compléter l'univers ou voir d'autres problématiques, et bien que les saison 2 et 3 sont excellentes, la saison 1 se suffit pour comprendre la série dans ses plus beau jours. Pourquoi j'insiste sur ce point ? Car la saison 1 de House MD est intéressante à analyser je pense pour qui veut faire une série complète et riche sans pour autant devoir être trop trop longue. Pour moi une série tournant autour de 20 à 25 est en effet un chiffre idéal.

22 épisodes... Mais que contient 1 épisodes de docteurs House plus précisément ? Essentiellement 2 choses, c'est un cas médical important, et des cas de consultations.

Le cas médical permet de jouer avec le drame et la profondeur tandis que les cas de consultations permettent de respirer dans une ambiance plus décontracté. Ce qui est intéressant c'est que souvent la problématique général de l'épisode fait un parallèle entre le cas médical et les cas de consultation, ce qui permet d'explorer la problématique dans plusieurs sens à la fois et avoir ainsi un œil plus éclairé sur le sujet. Par exemple, House traite à la fois une jeune fille grosse se sentant mal dans sa peau et à la fois une femme grosse qui elle, aime être grosse.

Les problématiques, parlons en. En 24 épisodes, House MD arrivent à faire le tour de la société en général avec intelligence. Les problématiques que traversent les différents épisodes sont variés, religion, tenu de son corps, le surmenage, devoir grandir à ses dépends, l'adultère.... Dans la plupart des cas, les problématiques sont bien traités.

Par contre on pourra reprocher à certains épisodes d'être faible par rapport à d'autre (je pense notamment à l'épisode Histoire d'une vie) car dès fois malheureusement leur problématiques peuvent paraître avoir été traité avec trop de pathos. Ce n'est pas forcément faux, mais on sait que la volonté des scénariste, mais si leur volonté était peut-être dans le tort dans le cas du pathos, était finalement atteint. Finalement ces quelques erreurs de traitement des thématiques sont pardonné, car dilué par l'excellent traitement que subissent la plupart des autres épisodes.

Mise à part, si on revient sur le cas médicale important, les séances d'investigations dans la fouille du domicile du patient, et ces fréquentes scènes ou l'on essaie de le réanimer donne aussi un bon rythme aux épisodes.


J'ai dit que les épisodes de House était avant tout 2 choses, en vérité à partir de l'épisode 14, ça en est 3. En effet avant l'épisode Changement de direction, chaque épisodes était plus ou moins indépendants. On peut considérer que les épisodes 1 à 14 sont en faîtes un 1er arcs qui permettent de présenter les personnages de manières subtiles et gouttes à gouttes. Comme on ne les voit jamais en dehors du travail, les informations sur la vie privé des personnages, en particulier l'équipe de House, composé de Cameron, Chase et Foreman, les rares parcelles d'infos de vie privé qu'on peut avoir sur eux tout au long de ces épisodes rend ces personnages encore plus intéressant.

On se demande par exemple ce qui a poussé Cameron, belle femme qui aurait pu ne pas faire d'études et demander pourtant tout ce qu'elle voulait, a choisi la voie dur et sans pitié de la médecine. La raison trouvé est sans être excellente, plutôt assez bonne quand même et explique pour beaucoup le caractère du personnage.

La relation de collègue entre ces personnages est tout aussi intéressante car pour une fois, les personnages bien que sauvant des vie ensemble ne sont pas amis, cela donne ainsi un résultat appréciable.

Mise à part cette quête de mieux connaître les personnages principaux, il n'y a pas d'éléments qui lie réellement les épisodes entre eux avant ce fameux épisodes 14. A partir de cet épisode survient un antagonist à House, un danger : Edward Vogler, riche entrepreneur noir promettant 100 millions de dollars à l'hôpital ou travail House. Outre que cette sommes soit quand même pas mal exagéré et le personnage d'Edward plutôt simple, le danger qu'il représente permet de mettre les personnages dans une situations nouvelles qui permettra d'accrocher le spectateur et enchainer ainsi des intrigues secondaires qui durera jusqu'à la fin de la saison.

Bien qu'avant les épisodes était plus ou moins indépendants jusqu'à cet épisodes 14, il le restes toujours à partir de celui-ci, mais quand même de manière beaucoup moins accentué.

Selon les créateurs de la série, Vogler était imposé par la Fox, pour moi ce n'était pas une mauvaise chose de placer une intrigue secondaire à long terme et cela permettait de révéler d'autre aspect psychologique des personnages étant donné leur situation, révélant des aspect de leur personnalité que l'on ne soupçonnait pas encore. Dans l'aspect général de la saison, je trouve aussi intéressant d'avoir placé cet intrigue secondaire assez tardivement dans la série, ce qui permettait d'avoir le temps de prendre ses aises avec l'univers pour finalement le voir un temps bousculé.

Notons aussi qu'il est amusant de constater que le personnage de Vogler, symbole du capitalisme antagoniste, fut imposé par cette structure capitaliste qu'est la Fox. Le capitalisme dans le domaine médical est d'ailleurs plutôt bien traité par Vogler, utilisant les médecins comme vendeurs de ses médicaments.

Vogler partira après 5 épisodes mouvementé et rythmé ayant pour conséquences le départ de Cameron. Son départ marque le début du troisième et dernier arc de la saison, qui explore plus la personnalité de House du côté sentimental.

Une belle conclusion :

Tout au long de l'arc Vogler, des indices de l'attirance de Cameron pour son patron était présents. Le point culminants arrive donc dans la première partie de ce dernier arcs en 4 épisodes.

Dans En plein Chaos, House, après une confrontation acharné et désespéré contre Vogler veut retrouver Cameron dans son équipe, mais celle-ci ne veut pas revenir.

Il retourne pépère à l'hôpital qui se trouve en situation exceptionnel, une épidémie. La batîment est plein à craquer et met ainsi le travail de House dans une situation peu commode, un bon commencement pour ce dernier arc dont l'épisode se passe pour la majeur partie avec l'absence d'un de ces médecins principaux. C'est aussi le moment de rendre des comptes sur un personnages qui avait joué les petits malin lors de l'ère Vogler. Le cas est d'ailleurs intéressant et le twist d'une grande efficacité émotionnel, à propos d'une ado enceinte trop jeune... House revient après la résolution du cas chez Cameron qui propose cette fois de revenir en échange... d'un rendez vous !

La problématique est définitivement posé, House, aussi misanthrope soit-il peut-il aimer ? Chaque personnage y vas de son opinion pour le plus grand plaisir du spectateur, et la réponse final est donné dans ce dîner idyllique entre les deux médecins virant à une valse raté : Gregory House ne peut pas aimer.... L'interprétation de Morrison jouant Cameron a bien aidé à construire cette relation entre la femme médecin et son patron.


Volte face dans la dernière partie dans les 2 derniers épisodes. Avant dernier épisodes, le plus marquant sans doute de la série, Cours magistral déjà cité au début. Cet épisode est marquant sur le plan de l'univers de la série et explique enfin pourquoi House a une douleur à la cuisse, il est marquant aussi car il présente de manière inatendu l'amour perdu de House, mais surtout, sortant du cadre de la série, il est marquant pour sa narration révolutionnaire.

Si on suit son nom en VO, Tree stories raconte 3 histoires.... Plus précisément 4, une se passant au temps présents dont le personnage de House raconte les trois autres histoires à des étudiants au passé. Les trois histoires présentent des cas similaires mais légèrement différents de patient de l'hopital... Le fait que House soit le narrateur permet au personnage de jouer avec la narration, donnant des résultats pour le moins cocasse, drôle, jouant avec les ellipse de temps, jouant avec l'image surnaturel d'une métaphore utilisé dans une phrase concrète.... Mais surtout... Innatendu... Quel réaction avoir quand on se rend compte que un des patient dont House parlait était... lui même ! Pour tout auteur de scénario recherché, Cours magistral est un incontournable.

Mais Cours magistral introduit en même temps l'ancienne amour de House dont la relation avec ce dernier est mis plus en détail dans le dernier épisode de la saison. Ce final est bon, permet de mieux explorer le personnage principal dans son côté intimes, mais ce n'est pas non plus THE final. Cours magistral aurait pu servir de final, et à côté, le dernier épisode Le Choix de l'autre paraît un peu moins puissant. Il reste tout de même un excellent épisodes, bien écrit, et le fait que ce final ne finisse pas par un cliffanger of Ze World permet de conclure la saison de manière à que justement, elle puisse suffire à elle même.

Conclusion de la critique (cette fois) :

Vous arrivez déjà (ou après une longue lecture interminable et éprouvante) à la fin de cette critique. Que dire pour synthétiser ? Et ben... C'est une excellente série que je pense tout ceux qui veulent faire une série devrait analyser, et cette critique y aidera peut-être, mêlant thème de société, philosophie, et franchement bon divertissement... Que demander de plus au final ? Le tout accompagné d'une bonne réalisation (certains plans faisant sourire comme par exemple l'épisode Chercher l'erreur qui reprend le plan du tableau de la sainte vierge), d'un très bon voir excellent jeu d'acteur, le tout sous un fond d'humour et d'intelligence à franchement faire réfléchir, et l'on obtient au final les ingrédients d'une série qui sera une des plus populaires de son temps.

_________________
God wants us to be agnostic (っب‿ب)っ

Mon p'tit projet en cours de développement très longuet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
House MD - Saison 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Musiques Dr House - Saison 7
» House of Cards (Saison 5) Netflix
» Résumé SAISON 1
» [Guest] Marc Blucas dans House
» 6.10 - Death House

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Projet manga :: --Divers-- :: Oeuvres à discuter :: Séries-
Sauter vers: